Ce livre est tout simplement fabuleux.

Le langage et le sexe ont déchaîné les foudres de la censure – la clandestinité éditoriale trouvait là sa raison d’être. Ecriture masquée pour les uns, engagement à visage déouvert pour les autres, ce florilège érotique redonne la place qui lui est due à la littérature emblématique de l’Enfer des biblitohèques. On y découvre des plumes reconnues et d’autres révélées au cours de ce XXème siècle par de troublants récits à ne pas confondre avec « les historiettes destinées à la masturbation » désignées par un Aragon lassé de jugements hâtifs et du puritanisme.

De grandes pages incontournables, mais aussi des textes rares exhumés pour l’occasion, et la part belle faite à une écriture féminine qui longtemps s’est peu risquée dans le domaine.

A consommer sans modération.

1056 pages de plaisir pour 28 euros.

Un siècle érotique