Prendre six belles pommes de terre à la chair ferme. Caressez les sous un filet d’eau froide pour les laver de leur terre. La matière doit résister sous la pression de la paume de votre main. Plongez les dans de l’eau salée et portez à ébullition. Après une trentaine de minutes, plantez votre pointe dans la chair. Celle-ci doit se laisser pénétrer, sans quelconque retenue.

Allongez les filets de harengs devant vous. Découpez des morceaux en biseau, d’environ un centimètre de large. La lame du grand couteau doit aller et venir dans un mouvement ample. La découpe doit être précise et doit participer à la dégustation de la viande qui doit être douce et fine en bouche.

Le persil demande une attention particulière. Vos cinq sens doivent être en éveil pour encenser cette herbe frisée. Elle vous attend, allongée sur le marbre. Tenez fermement le manche d’un couteau d’une trentaine de centimètres, d’une main et posez la paume de l’autre sur le dessus de la lame. Effectuez un mouvement de balancier sur le végétal, qui dégage aussitôt tous ses arômes. Les feuilles crissent à chaque coup de hachoir. La sève de chlorophylle s’écoule. Vous caressez le jus de votre index et vous le portez à votre bouche. Salivez pour le laisser envahir votre palais. Une larme coule sur votre joue… à cause de l’oignon blanc, que vous transformez en brunoise très fine.

La vinaigrette façon Léon : Prenez une cuillère généreuse de moutarde à l’ancienne que vous déposez dans un bol. Ajoutez une cuillère à café de sauce soja et trois de vinaigre balsamique. Mélangez à l’aide d’une fourchette et incorporez délicatement un filet d’huile, constant, jusqu’à ce que la texture ne soit ni trop liquide ni trop dense.

Dans une assiette, reconstituez un filet de hareng. Saupoudrez de persil et d’oignon.

Au dernier moment, retirez les pommes de terre de l’eau chaude et découpez-les en rondelles. Il est important qu’elles soient tièdes au moment de servir l’offrande. Faites pleuvoir un poivre, fraîchement moulu. L’accompagnement sera mis à part, à la convenance de l’invitée.

Pochette de disque prise au hasard pour illustrer l’article. A l’écoute sur Deezer, c’est un morceau très intéressant pour bouger des fesses en préparant ce plat (cliquer sur la photo suivante pour écouter).