J’ai testé pour vous les sextos.
Pour celles et ceux qui l’ignorent encore, les sextos sont des textos dont le contenu est explicitement sexuel.
Une conversation sensuelle, érotique et même pornographique pouvant être agrémentée de photos sensuelles, érotiques et même pornographiques.
J’ai rencontré Klyde dans la rue, en bas de chez moi. Une technique de drague totalement minable et pourtant je lui ai donné mon numéro de portable. 
Allez savoir pourquoi. 
La flatterie? «Ouah vous êtes magnifique! Excusez-moi mais vous êtes absolument magnifique!» (j’étais pourtant habillée) 
L’aplomb? «Je vous offre un verre? Je te dis tu OK!» 
Un je ne sais quoi d’angélisme? «T’es pas maquée?! C’est génial!» 
Ou peut-être sa petite gueule à craquer et un corps bien fuselé?(il était pourtant habillé)
Toujours est-il que devant vaquer à mes occupations, j’abrège le torrent d’éloges élogieuses sur ma personne, Klyde réussit son coup de maître de dragueur des trottoirs: échange cordial de nos numéros respectifs avec promesse de nous reboire pour voir un coup...bien sûr.
Le premier texto fut un texto: Salut c’est le beau gosse en bas de chez toi! ça va? mon second en fut un également Oui merci et toi?
Par quel tour du destin ce petit échange primesautier s’est-il transformé en débauche de messages à tendance sexuelle, je ne saurais dire. Ni quand le premier sexto est arrivé, je me rappelle seulement que c’est Klyde qui me l’envoya Ma belle si je te dis que je me branle en pensant à toi… et je me rappelle parfaitement être l’auteur du second sexto Tu penses à mon cul ou à ma chatte? Ma bouche peut-être?    
Je vous ferai fi des débordements de désirs purement physiques, des descriptions crues voire salaces, d’amoncellement de verbiages coquins délicieusement incorrects. Sachez qu’à force de nous chauffer par les mots, il était temps de passer à l’acte. 
J’étais impatiente de connaître les promesses de te baiser sauvagement jusqu’à l’orgasme, te faire jouir sous ma langue, te prendre avec ardeur comme une chienne et assouvir mes envies de sucer ta queue, te chevaucher dans une fornication infernale, hurler de plaisir sous tes assauts sauvages ...
   
J’étais d’autant plus impatiente que mon charmant chaland m’avait également envoyé une photo de sa queue. Cliché accompagné de petites merveilles érotiques (en érection, posée sur son bas ventre, entre ses doigts, juste sortie de son 501) Une pure queue photogénique ma foi!
Sachez qu’il m’a fallu lui rendre l’attention. 
Envoie-moi une photo de ta chatte! C’était parti pour les selfies de pussy cat (naturelle, doigtée, malaxée, un petit clair-obscur chiadé...)
Notre rendez-vous fixé nous nous sommes jetés l’un sur l’autre et même l’un dans l’autre. 
Mon récit porte sur les sextos, je ne vais donc pas poursuivre plus avant car la suite s’est déroulée sans téléphones. Il a bien sonné un moment mais c’était un appel masqué. 
Toutefois une conclusion s’impose. 
Certains sont plus doués pour en parler, d’autres pour écrire.
Sachez également que certaines images peuvent être retouchées, voire complètement photo chopées dans un autre slip!
J’ai super envie de toi ma belle! Ton corps encore ta chatte si bonne hummm
Bien sûr moi j’ai joué franc jeu tout est «made in me» 
Restons-en là cher Klyde merci pour la lecture et les photos hummm 
(Il faudra quand même que je trouve à qui appartient cette queue...il me semble l’avoir déjà vu dans un film)